Vaccination des nourrissons

Vaccination des nourrissons

  • Quels bénéfices majeurs pour la santé ?

Certaines maladies, dont celles concernées par les nouvelles obligations vaccinales, peuvent avoir des conséquences graves pour la santé.

Plusieurs d'entre elles ont disparu ou presque disparu grâce à la vaccination. C'est le cas des 3 maladies contre lesquelles la vaccination est depuis de nombreuses années obligatoire.

Il y avait en France plus de 45 000 cas de diphtérie chaque année avant l'introduction de la vaccination dans le calendrier vaccinal dans les années 1930. Il y a plus aucun cas aujourd'hui.

Aucun cas non plus de poliomyélite de nos jours, alors qu'il y en avait plus de 2000/an dans les années 1950.

Quant au tétanos, il affecte moins d'une dizaine de personnes chaque année, contre plus de 1000/an dans les années 1940.

Les vaccins recommandés ont également eu des effets bénéfiques.

On dénombrait ainsi plus de 600 000 cas de rougeole/an avant l'introduction de la vaccination au début des années 1980, contre 2500 en moyenne chaque année entre 2007 et 2016.

Autre exemple : la rubéole conceranit plus de 250 femmes enceintes chaque année au début des années 1980, contre moins de 10 actuellement.

Cependant, l'insuffisance de la couverture vaccinale pour certains vaccins qui jusqu'à présent n'étaient pas obligatoires, comme la rougeole, le méningocoque, l'hépatite B, peut-être à l'origine d'épidémies, conduire à la réémergence de certaines maladies et engendrer des hospitalisations, des handicaps, voire des décès évitables.

L'objectif de l'élargissement de l'obligation vaccinale est d'améliorer la couverture vaccinale afin de protéger efficacement et durablement les enfants et d'éviter que ces maladies ne se propagent.

 

  • Quels changements en 2018 ?

Huit vaccins supplémentaires deviennent obligatoires pour les enfants de moins de 18 mois nés à partir du 1er janvier 2018.

Les enfants nés à partir de cette date devront désormais être vaccinés contre :

- la coqueluche

- l'Haemophilus influenzae b

- l'hépatite B

- le méningocoque C

- le pneumocoque

- la rougeole

- les oreillons

- la rubéole

Il ne s'agit pas de nouveau vaccins mais de vaccins qui étaient jusqu'alors recommandés. Ils s'ajoutent aux vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite qui étaient déjà obligatoires.

Plus de 70% des enfants sont déjà vaccinés contre ces 11 maladies.

 

  • Un enjeu de santé publique :

Les vaccins sont indispensables pour protéger les enfants efficacement et durablement contre différentes maladies infectieuses graves mais aussi pour éviter qu'elles ne se propagent.

Pour obtenir une protection collective contre les maladies infectieuses, la cible de la couverture vaccinale de la population est de 95%.

En France, cette couverture est atteinte pour les 3 maladies contre lesquelles la vaccination est obligatoire depuis des années. En revanche pour les autres vaccins, les couvertures vaccinales sont très insuffisantes !

 

  • L'admission en collectivité conditionnée à la vaccinationobligatoire :

Les parents des enfants nés au 1er janvier 2018 devront présenter à partir du 1er juin 2018 leur carnet de santé - page vaccination - rempli ou un certificat de vaccinations pour obtenir une admission en crèche, ou dans tout autre accueil collectif.

Si les enfants ne sont pas vaccinés, ils ne pourront pas entrer en collectivité sauf contre-indication médicale dûment justifiée.

 

  • Le parcours vaccinal des enfants :

Il comprend 6 RDV (à 2 mois, 4 mois, 5 mois, 11 mois, 12 mois et 16-18 mois) et 10 injections étalées sur 2 ans pour les protéger contre 11 maladies aux conséquences graves.